10 infos insolites à propos des règles

10 infos insolites à propos des règles

Elles sont présentes une semaine par mois dans notre quotidien, mais que savons-nous vraiment des règles ? On vous partage ici 10 informations étonnantes et peu connues au sujet des menstruations, que l’on a dénichées pour satisfaire notre curiosité et on espère la vôtre!

1. Chaque pays a ses expressions farfelues pour désigner les règles 

Selon les traditions de chaque pays, les règles ne sont pas abordées de la même manière. Mais s'il y a une chose qui rassemble les cultures, c’est bien le fait que les menstruations restent tabous et qu’il faut souvent utiliser des subterfuges lexicaux pour en parler en public. En France, par exemple, nous parlons des fameuses « ragnagna » ou des « Anglais qui débarquent ». En Autriche et en Allemagne, c’est « la saison des fraises ». Chez les britanniques, on dit « être sur le chiffon », en anglais : « to be on the rag », référence à la mauvaise humeur supposée lors des jours de règles. Quant aux Etats-Unis, on parle de « Tante Flo qui vient me rendre visite »

Et si on disait tout simplement : « j’ai mes règles » ?

2. Nous perdons deux à trois cuillères à soupe de sang pendant nos règles

Même si on a bien souvent l’impression de perdre des litres de sang pendant nos règles, bien heureusement ce n’est qu’une impression ! À chaque cycle, une femme perd en moyenne 40 à 50 mL de sang. Pour les flux abondants, cela peut aller jusqu’à 80 mL, on dit dans ce cas que ce sont des « ménorragies », soit des règles hémorragiques.  D’ailleurs, ce qu’on appelle communément le « sang menstruel »n’est pas constitué uniquement de sang, on y trouve aussi des fragments de l’endomètre ainsi que des sécrétions du col de l’utérus et du vagin. 

3. La synchronisation des règles entre filles n’est qu’un mythe !  

Entre amies, on a toutes déjà vécu cette surprise de s’apercevoir qu’on est réglées au même moment. Cet alignement menstruel, appelé « synchronisation des règles », est un phénomène bien connu entre femmes. Mais est-ce un mythe ou une réalité scientifique ? Ce fut en tout cas un objet d’études pour de nombreux chercheurs, désigné sous l’expression l’« effet McClintock », du nom de la psychologue qui, dans les années 70, a mené de vastes recherches à ce sujet. Selon cette dernière, cette synchronisation serait due aux phéromones sécrétées par les femmes pendant leur période de règles. Ce postulat scientifique a depuis été largement contredit. En effet, en 2017, une étude menée par des scientifiques britanniques a démontré que ce supposé alignement n’en était pas un : ce serait simplement le fait du hasard mathématique des statistiques (1). 

4. Il existe un film Walt Disney sur les règles !

Si, si ! Et il s’appelle très sobrement « The Story of the Menstruation », en français « L’histoire des menstruations ». Sorti en 1946, et sponsorisé par une marque de tampons américaine nommée Kotex, ce court-métrage publicitaire avait pour objectif d’expliquer le cycle menstruel, à travers des schémas et des animations. Utilisé en cours d’éducation et de santé dans les établissements scolaires jusqu’à la fin des années 60, il est le premier film dans lequel le mot “vagin” a été prononcé. 

5. Hippocrate est à l'origine de beaucoup de confusions à propos des menstruations

Considéré comme le « père de la médecine », Hippocrate est aussi à l’origine de la croyance selon laquelle le sang des menstruations serait impur. Selon lui, les règles permettraient de purifier le corps de la femme grâce à l’évacuation des toxines par le sang menstruel. C’est la théorie dite des « humeurs » enseignée par le célèbre médecin et philosophe grec, qui fut à l’origine de pratiques médicales telles que la saignée. Cette dernière visait à chasser les « mauvaises humeurs » de l’individu souffrant, en faisant couler du sang afin d’évacuer ses toxines néfastes. Pour Hippocrate, l’écoulement du sang menstruel était indispensable à la bonne santé psychique des femmes. Cette théorie, bien heureusement, fut invalidée grâce aux avancées scientifiques du XXème siècle. 

6. Si vous prenez un moyen de contraception, vos pertes de sang ne sont pas vraiment des règles mais des "hémorragies de privation"

En effet, sous contraception hormonale, il n’y a plus de cycle menstruel ; les saignements sont provoqués par la chute des hormones lors de l’arrêt de la pilule à la fin de chaque plaquette ou chez les femmes qui utilisent un anneau ou un patch contraceptif. Dans le cas de la pilule, les dosages sont tels que les derniers jours du mois, les hormones de synthèse sont très peu dosées afin de faire chuter brutalement le taux de ces hormones pour provoquer ces pertes de sang. Mais à quoi ça sert exactement ? À rien… Enfin si, à nous rassurer. Dans les années 50, les toutes premières pilules fonctionnaient de manière continue et ne provoquaient donc pas ces « hémorragies de privation ». Mais les scientifiques se sont rendu compte que l’absence de saignements entraînait chez les femmes une perte de repères. Ils ont donc pris la décision d’introduire des pilules avec une semaine d’arrêt afin de reproduire artificiellement le cycle menstruel de la femme pour favoriser l’acceptation de cette invention, considérée comme révolutionnaire. Ces règles artificielles ont donc pour but unique de donner aux femmes l’assurance qu’elles ne sont pas enceintes (même si cela n’est pas correct car, même si les probabilités sont infimes, il est possible de tomber enceinte sous contraception hormonale). 

7. Une femme a ses règles 2 500 jours dans sa vie

En années, cela représente 6 ans et 10 mois... Et oui, ça fait beaucoup ! Alors autant se chouchouter et choisir une belle lingerie menstruelle ;) 

8. Le sang des règles : un produit thérapeutique efficace ? 

Le sang des menstruations intéresse les chercheurs dans le domaine de la santé. Les règles seraient un véritable trésor sous-estimé dans la recherche médicale. Le sang menstruel représenterait une culture de cellules souches intéressante pour l’avancée scientifique dans le traitement de pathologies. En effet, les cellules souches présentes dans le sang menstruel auraient une capacité de mulitiplication plus importante que d’autres types de cellules souches présentes dans le corps. Les scientifiques sont très optimistes quant aux essais cliniques, qui s’avèrent être très prometteurs pour la recherche contre le cancer ou des maladies neurologiques dégénératives telles que la maladie de Parkinson (2)

9. Durant l’Antiquité, les femmes utilisaient des protections hygiéniques 

En Égypte, en 1550 avant J-C, les femmes créaient des protections périodiques en fabriquant des tampons à base de rouleaux de papyrus humidifiés !

10. Une femme dépense 23 500 € au cours d’une vie pour les règles

Selon une étude britannique publiée dans le Huffington Post (3), chaque femme débourserait en moyenne 23 500 € pour les règles au cours de sa vie. Ce coût prend en compte les protections périodiques mais également les médicaments anti-douleurs et l’achat de nouveaux sous-vêtements pour remplacer ceux tachés. On a sorti la calculatrice : si on estime qu’une femme est réglée en moyenne 40 ans durant sa vie, 23 000 € représente alors 575 € par an. Un coût que de nombreuses femmes ne peuvent prendre en charge, on a d’ailleurs rédigé un article sur ce sujet de la précarité menstruelle. C’est une raison de plus pour adopter une protection lavable telles que les culottes menstruelles ;) En effet, pour 6 culottes menstruelles Period. Lingerie qui durent 3 ans, le prix est de 234 € par an et de 3 120 € pour 40 ans, soit 8 fois moins qu'avec des protections jetables! On trouve cela énorme, pas vous?

 

Écrit par Inès PERREIN

 

Sources :

  1. Arièle Bonte, A. B. (2017, 18 avril). La synchronisation des règles, ou la fin d’un mythe. www.rtl.fr. https://www.rtl.fr/actu/psycho-sexo/la-synchronisation-des-regles-la-fin-d-un-mythe-7788103664 
  2. Amandine Schmitt, A. S. (2017, 10 janvier). 10 choses que vous ignoriez peut-être sur les règles (parce que c’est un gros tabou). L’Obs. https://www.nouvelobs.com/societe/20170110.OBS3654/10-choses-que-vous-ignoriez-peut-etre-sur-les-regles-parce-que-c-est-un-gros-tabou.html 
  3.  Moss, R. M. (2015, 3 septembre). Women Spend More Than £18,000 On Having Periods In Their Lifetime, Study Reveals. HuffingtonPost. https://www.huffingtonpost.co.uk/2015/09/03/women-spend-thousands-on-periods-tampon-tax_n_8082526.html?utm_hp_ref=tw